This article examines the French decision to send reinforcements to Indochina in April 1951 despite evidence of the futility of the Indochina War and pressing security needs in Europe. I analyze the motivation for this decision with the assistance of the minutes of the National Defense Committee, as well as the private papers of leading French politicians and military figures. I argue that the key to understanding the French decision to continue the war rather than seek peace was the belief that the war in Indochina was critical to the achievement of French goals in Europe and NATO. As a consequence of this analysis, I suggest that any celebration of France's European achievements must be tempered by the recognition that European policy was often closely linked with a regressive imperial policy.

Le but de cette contribution est d'examiner la décision française d'envoyer des renforts en Indochine en avril 1951 en dépit des preuves de la futilité de la guerre d'Indochine et des besoins urgents de la défense nationale en Europe. J'analyse cette décision à la lumière des procès-verbaux du comité de la Défense nationale aussi bien qu'à la lumière des documents personnels d'éminents politiciens français et d'importantes personnalités militaires. La clé pour comprendre la décision française de continuer la guerre au lieu de poursuivre la paix était la conviction des décideurs que le conflit était d'une importance primordiale pour la réalisation de leurs buts en Europe et dans l'OTAN. A la suite de cette analyse, je suggère que la célébration des réussites européennes de la France doit être modérée par l'acceptation que sa politique européenne était souvent liée à une politique impériale régressive.

You do not currently have access to this content.