This article examines the role of the United States in the long French debate over separating church and state. From the visit of Alexis de Tocqueville to the 1905 law, key constituencies studied closely the American experience, debated its merits, and argued over its applicability to France. What emerged was a complex pattern of engagement. Depending on their particular domestic imperatives, French observers saw an American system that enshrined religious liberty, fostered atheism, or allowed the Catholic Church to become a threat to republican liberties. The influence of the United States reached a peak in the crucial years of 1903–5, when the American experience directly inspired a key clause in the 1905 law, and all sides used America to defend or attack the proposed legislation. Recognizing this brings a much-needed international dimension to the scholarship on the 1905 law and the separation of church and state.

L'histoire de la séparation des Eglises et de l'Etat en France a été abondamment étudiée. Cependant, la plupart de ces études ne tiennent pas compte du rôle des modèles étrangers. A travers le dix-neuvième siècle, et pendant les années décisives qui abouteront à la loi de 1905, les participants clés ont tourné les yeux vers l'étranger afin de trouver des leçons instructives. La nation dont l'influence était la plus marquante était les Etats-Unis. De la visite d'Alexis de Tocqueville jusqu'à la loi de 1905, les figures clés ont étudié de près l'expérience américaine. Ce qui ressort de cet engagement est complexe. En fonction de leurs impératifs domestiques, les observateurs français ont vu un système qui consacre la liberté religieuse, qui favorise l'athéisme, ou qui laisse l'église catholique devenir une menace pour les libertés républicaines. Bien qu'utilisé pour une gamme d'objectifs, l'exemple que fournissent les Etats-Unis a joué un rôle important dans l'élaboration du long débat sur le mérite de la séparation des Eglises et de l'Etat.

You do not currently have access to this content.