Interwar migration of Algerian workers to France, predominantly a movement of single males, led to the formation of numerous mixed couples, a pattern that was remarkably different from the high level of ethnic and religious segregation in the colony. This article examines the significant but largely unrecognized role of European women in the émigré nationalist movement. After 1945, and in particular with the start of the War of Independence, family reunification led to a rapid increase in female emigration, enabling a more “patriotic” form of marriage. Concurrently, the influence of the reformist Ulema, which opposed mixed marriage as a symbol of Western assimilation and the subversion of Arabic culture, language, and identity, spread into the nationalist movement. In the latent conflict between more secular, socialist, and progressive currents in the French Federation of the Front de Libération Nationale that accepted or engaged in mixed-couple relations and a religiously inspired, exclusionary, and chauvinistic form of nationalism, the latter won out in the postcolonial state, initiating a long phase of antifeminist reaction.

La migration des travailleurs algériens en France entre les deux guerres, composée essentiellement d'hommes seuls, mena à la formation de nombreux couples d'origines mixtes, condition très différente de celle de la colonie, caractérisée par un haut niveau de ségrégation ethnique et religieuse. L'article examine le rôle considérable des femmes européennes dans le mouvement nationaliste des émigrés algériens, rôle jusqu'ici très peu reconnu. Après 1945, et surtout à partir du début de la guerre d'indépendance, une tendance vers la réunification familiale et l'émigration féminine facilitait des mariages de caractère plus « patriotique ». En même temps, l'influence réformiste des ulémas pénétrait le mouvement nationaliste, s'opposant au mariage mixte, qu'ils représentaient comme symbole d'une domination occidentale et comme une subversion de la culture, langue et identité arabes. Dans le conflit larvé qui opposait d'une part un courant laïc, socialiste et progressiste de la Fédération de France du Front de libération nationale, qui acceptait et pratiquait le couple mixte, et d'autre part un nationalisme d'inspiration plus religieuse, conservatrice et chauvine, c'est ce dernier qui triompha dans l'état postcolonial, ce qui initia une longue période de réaction antiféministe.

You do not currently have access to this content.