The trial of the ministers of Charles X (December 15–21, 1830) was the last important event in the revolutionary year of 1830 and a defining moment for the regime: contemporaries feared that it might result in a renewal of the revolution and a new Terror. This essay makes three major arguments. First, the governing classes, both left and right, united in the goal of saving the lives of the ministers. Second, the trial split the parliamentary and extraparliamentary Left: the latter became more radical and revolutionary, while the former was deprived of valuable grassroots support. Third, the conservatives imposed their definition of the trial on the public discourse in a way meant to justify the increasing repression of the regime.

Le procès des ministres du Roi Charles X, qui eut lieu du 15 au 21 décembre 1830, constitua le dernier événement de cette année révolutionnaire (1830). Pour reprendre une formule usitée, il fut considéré comme « l'écueil où l'ordre public viendrait se briser », les classes gouvernantes craignant principalement le retour de la révolution suivie d'une nouvelle terreur. Dans le contenu de cette étude, nous développons trois points fondamentaux : en premier lieu, l'union des députés de droite et de gauche dans le but de sauver les ministres. En deuxième lieu, la désunion de la gauche : la gauche parlementaire perdant le soutien de la rue et la gauche extraparlementaire se faisant révolutionnaire. En troisième lieu, le triomphe dans le discours public de l'interprétation du procès des ministres par les conservateurs qui l'utiliseront pour justifier la répression grandissante du régime.

You do not currently have access to this content.